Wallpapers
Sculpture
Street Art
Peinture traditionnelle
Dessin traditionnel
Advertising
Craft Store
Publié le 14 janvier 2011 par Pauline & Nicolas
Photographie

Interview Matmaxx, le monde en HDR

Nous avons interviewé Matmaxx, un photographe allemand spécialisé dans la photographie HDR. Il nous parle de sa passion, de cette technique incroyable et donne quelques conseils aux débutants. L’interview complète est juste ci-dessous !

MatmaxxBonjour Matmaxx. Tout d’abord, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour Art-Spire. Pour commencer, il faut savoir que Matmaxx est mon pseudonyme sur internet. Pour le reste, mon véritable nom est Matthias. J’ai 34 ans et je vis actuellement dans la charmante petite ville de Regensburg dans le sud de l’Allemagne. Je gagne ma vie en tant que développeur de logiciels dans l’industrie automobile et plus particulièrement dans le secteur fabriquant tous ces gadgets sophistiqués qui caractérisent les voitures d’aujourd’hui. Vous l’aurez donc compris, je ne peux pratiquer la photographie qu’en tant que hobby. Toutefois, cela ne me dérangerait pas de me faire un peu d’argent grâce à mes photos afin de pouvoir m’offrir un meilleur équipement ;-)
Sinon, je suis également un heureux jeune marié qui élève toute une petite famille d’animaux, des lapins aux cochons d’Inde, vivant avec nous dans la maison. A coté de la photographie, je m’intéresse aussi à d’autres domaines artistiques comme la peinture, la musique, le théâtre et même l’opéra. J’aime aussi les choses simples comme aller au bowling où faire une bonne partie de cartes.

Quand t’es tu mis à la photographie et pourquoi ?

J’ai eu mon premier appareil en 2001. Un Canon Ixus à 2.1 Megapixels dont le prix à l’époque était d’environ 600€. J’ai commencé modestement en prenant des photos lors de mes vacances et pendant les fêtes entre amis ou en famille. S’en est resté ainsi jusqu’en 2007, à part que j’ai acheté de nouveaux appareils photos entre temps. En 2007, nous sommes partis en Nouvelle Zélande pour les vacances et c’est à ce moment là que j’ai acheté un appareil FZ-50 bridge de chez Panasonic. C’est également à cette époque que j’ai commencé à prendre quelques photos juste pour apprendre les bases et avoir les connaissances sur le matériel avec lequel un photographe doit travailler lorsqu’il part avec un mode automatique. A la fin 2008, je me suis mis au HDR après être tombé par hasard sur les photos de Trey Ratcliff dans un magazine. C’est à partir de ce moment que la photographie est passée pour moi d’un tas de documentations techniques sur du matériel à une véritable passion qui me permet aujourd’hui de jouer à la fois sur la créativité et la technologie. A la fin 2009, bien qu’aillant pris certaines de mes meilleures photos grâce à lui, j’ai changé mon Panasonic pour passer au niveau supérieur avec un reflex Nikon.

“ Depuis que j’ai fais mes premières photos HDR, la photographie est passée pour moi d’un tas de documentations techniques sur du matériel à une véritable passion qui me permet aujourd’hui de jouer à la fois sur la créativité et la technologie. ”

Tu utilises souvent le HDR pour tes photos. Qu’est ce qui te plaît dans cette technique ? Quel est le principal intérêt du HDR ?

Après mon retour de Nouvelle Zélande en 2007, j’ai retravaillé l’énorme quantité de photos que j’avais prises là-bas. C’est en faisant ça que je me suis rendu compte qu’une bonne partie des images ne retransmettaient pas l’humeur et l’atmosphère qu’il y régnait au moment de la prise. Aujourd’hui bien sûr, je sais que ces doutes étaient le résultat d’un fait technique. La gamme dynamique que les appareils photos peuvent capturer ne suffit généralement pas. Imaginez que vous soyez dans une église éclairée par les couleurs incroyables des vitraux (c’est l’exemple que je préfère pour expliquer ce fait). Si vous capturez une seule image, et même si vous capturez en RAW, vous devrez décider si vous voulez exposer correctement l’intérieur de l’église et du coup surexposer le vitrail ou si vous préférez exposer correctement le vitrail au détriment du reste de l’image qui ressortira probablement noire.

C’est à ce moment là que le HDR prend toute son importance. En prenant une même image avec des temps d’expositions différents, vous serez capable d’exposer correctement à la fois l’intérieur de l’église mais aussi le vitrail. Et comme c’est quasiment la même technique utilisée par notre cerveau pour assembler une image capturée par notre œil et dotée d’une large gamme dynamique, les photos HDR paraissent rendre une image plus naturelle et authentique de la scène photographiée. Je suis bien conscient que le procédé de capture d’images de l’œil humain est bien plus complexe que l’explication que je viens de vous donner. C’était pour rester simple. Et bien sûr, il y a également une énorme quantité de photographies HDR sur internet qui n’ont rien à voir avec la réalité, mais ce ne sont pas de ces photos là dont je parle ;-)

Est-ce que tu penses que les fonctions HDR dans les reflex sont utiles où ne jures-tu que par la retouche après photo ?

Je n’ai aucune fonction HDR intégrée dans mon Nikon et même si c’était le cas, je ne l’utiliserais pas. L’un des principaux problèmes concernant les mauvaises photos HDR est que beaucoup de gens prennent leurs clichés avec des expositions différentes, les passent ensuite sous Photomatix, Bracketeer, HDR Studio où n’importe quel autre logiciel qu’ils utilisent, pour y effectuer la même application des tons abusive sur chaque image 32 bits et uploader ensuite le résultat de ce qu’ils appellent le post traitement sur le web. Pour mes photos, les réglages pour l’application des tons sont spécifiques à chaque image et le résultat obtenu par cette dernière n’est que le début du post traitement. Il y a tellement d’étapes en plus à faire sous Photoshop comme masquer les mauvaises zones, supprimer les traînées liées aux déplacements d’objets ou d’individus entre les photos, appliquer les filtres artificiels et tout le reste. Cela aussi reste spécifique à chaque photo. Donc pour ma part, un appareil photo intégrant la fonction HDR ne pourra jamais remplacer une bonne retouche après photo faite par le photographe lui-même. Le traitement après photo permet de jouer sur la créativité. Les fonctions HDR déjà intégrées sont comme si vous vouliez créer votre propre série de pinceaux mais que ces derniers seraient déjà formatés au préalable par un mode « Van Gogh ». Ca ne fonctionnerait tout simplement pas !

“ Pour mes photos, les réglages pour l’application des tons sont spécifiques à chaque image et le résultat obtenu par cette dernière n’est que le début du post traitement. ”

Quels conseils donnerais-tu aux débutants qui veulent se lancer dans la photo HDR ?

1. Ne faites pas de HDR juste pour dire que vous faites du HDR. Dans beaucoup de cas, il n’y a pas besoin de prendre des photos avec plusieurs expositions différentes puisque la caméra peut capturer à peu près tout la gamme dynamique de la scène, donc faire du HDR n’apportera rien de plus à l’image.

2. Faites une bonne composition d’image. Une mauvaise composition de base ne sera pas améliorée par le traitement HDR.

3. Ayez la main légère sur la retouche. Il y a bien trop de HDR poussées à l’extrême sur le net. Ce qui peut sembler étrange, incroyable, génial pour quelqu’un qui est tout nouveau dans la photographie HDR ne sera en général pas apprécié par de nombreux photographes familiers avec cette technique. Je le sais car j’ai fait cette erreur moi-même quand je débutais.

4. Faites des sorties photo avec d’autres photographes passionnés de HDR. Rien ne vaut les conseils d’une personne compétente pour apprendre. Si vous ne connaissez aucun photographes pratiquant le HDR, faites un tour sur Flickr, Facebook, Twitter et tous les autres réseaux sociaux où vous pouvez trouver des gens dans votre coin.

5. Une dernière astuce qui n’est pas spécifique à la technique du HDR : écouter des podcasts photo. J’ai mis une liste de podcasts que j’écoute régulièrement sur mon site. Certains sont en allemand mais la plupart provient des Etats-Unis. Donc en plus de m’apprendre des choses sur la photographie, ils m’aident à améliorer constamment mon anglais.

Quels sujets préfères-tu photographier ?

De toute évidence ce n’est pas le sujet qui attire mon attention. Où que j’aille prendre des photos, je recherche des scènes qui passeraient bien en HDR. C’est pour cette raison que je fais de nombreuses photographies dans des environnements urbains, quand il commence à faire sombre dehors et que les lumières commencent à s’allumer. Au jour d’aujourd’hui, il y a énormément de facilités pour trouver des scènes ayant une grande gamme dynamique. En plus de ça j’essaye toujours d’explorer de nouveaux endroits et j’ai la chance de pouvoir voyager beaucoup grâce à mon travail, donc je suis en déplacement assez souvent.

Si je devais malgré tout donner quelques sujets classiques, je dirais l’architecture puisque j’en prends régulièrement en photo aussi bien dans ma ville que dans d’autres villes que je visite. Mais par exemple je préfère essayer de capturer l’atmosphère d’un bâtiment illuminé que de tenter de le montrer réellement tel qu’il est. C’est pourquoi que je prends autant de photos en contre-plongée en me mettant très proche de sol et avec un grand angle.

Je me focalise aussi sur les véhicules, peut-être est-ce lié à mon job. Je crois que j’ai visité tout les musées de l’automobile en Allemagne (et nous en avons énormément). Par exemple les musées Porsche et Daimler Benz basés à Stuttgart et dont certaines photos que j’ai prises là-bas sont visibles ci-dessous.

Et pour en finir avec mes sujets réguliers, il y a un type particulier d’architecture que j’ai photographié à de nombreuses reprises récemment : il s’agit des stades de football. Mais je ne fais pas uniquement ces photos pour le fun, cette-fois je les fait pour un de mes amis qui tient une boutique à Hambourg où il vend des peintures, des canvas et pas mal d’objets pour les fans de football. Vous pouvez voir ça sur son site www.footballart.de et je pense que vous repérerez facilement les images venant de moi.

“ Il y a bien trop de HDR poussées à l’extrême sur le net. Ce qui peut sembler étrange, incroyable, génial pour quelqu’un qui est tout nouveau dans la photographie HDR ne sera en général pas apprécié par de nombreux photographes familiers avec cette technique. ”

Quel reflex et quels objectifs utilises-tu ?

Actuellement je suis l’heureux possesseur d’un Nikon D90 et d’un objectif Nikkor 16-85 mm. J’adore cet appareil photo car, quand je l’ai eu, j’ai désinstallé tous les logiciels du genre Noise Ninja et Noiseware que j’avais l’habitude d’utiliser avec mon Panasonic. L’objectif est bon un peu partout, notamment grâce à la stabilisation de l’image. Pour les focales inférieures j’ai un Sigma 10-20 mm f/4.0 que j’utilise presque tout le temps car j’adore ce super grand angle quand on est à 10mm (même si ça représente 15 mm avec le facteur d’agrandissement du D90). Pour les focales supérieures j’ai un objectif ancien et bas de gamme : le Tamron 100-300 mm f/4.5. Juste histoire de couvrir plus de focales et de m’amuser un peu aussi dans les hautes focales. Bien sûr la qualité de l’image avec cet objectif n’atteint pas celle d’un Nikkor 70-200 mm f/2.8 mais bon, je l’ai payé 35 euros sur eBay.

Mon dernier joujou est un Nikkor 50 mm f/1.8. Dès la première capture je suis totalement tombé amoureux de ce petit cylindre. On dirait vraiment qu’il attrape tous les photons qui nous entourent et la qualité de l’image est tout simplement impressionnante. Que vous l’utilisiez à f/1.8 pour faire un bokeh conséquent ou que vous montiez à f/22 pour obtenir un piqué comme je n’en avais jamais vu auparavant, c’est juste incroyable. Et l’objectif coûte à peine plus de 100 euros. Mais je ne compte pas utiliser énormément ce 50 mm dans la cadre des mes photos HDR car ce n’est pas le genre de longueur de focale que j’utilise en général sur ce type de capteur pour ce type de photos. Mais la prochaine fois qu’il y a une fête avec ma famille ou mes amis, je vais prendre cette optique « sneaker zoom » (le zoom est le déplacement du photographe) et laisser mon flash à la maison… non attendez, je ne peux pas laisser mon flash à la maison car je n’en ai pas ;-]

Et bien sûr pour faire mes photos HDR j’utilise un trépied robuste (un SLIK 700 Pro) avec une rotule Biloar, une télécommande filaire et d’autres trucs de ce genre. Un gadget que j’aimerais vraiment avoir est le HDR Promote Control, mais dépenser 300 euros pour pouvoir contrôler l’obturateur intelligemment et à distance c’est au-delà des mes limites. Donc à par si quelqu’un veut bien me le prêter à long termes pour que je réalise des tests en profondeurs sur le terrain je vais devoir continuer de régler la vitesse d’obturation à la main.

Veux-tu ajouter quelque chose ?

Si vous voulez en savoir plus sur mes méthodes pour faire du HDR, rendez-vous sur mon blog : www.matmaxx.com. Pour voir ma galerie complète de photos, vous pouvez vous rendre sur mon Flickr. Et enfin un dernier lien et pas des moindres, vous pouvez me suivre sur Twitter où mon pseudonyme est, surprise, matmaxx.

Finalement je veux vous remercier pour cette publication sur votre très bon site. J’ai vraiment aimé faire cette interview. Bonne continuation et gardez toujours en tête : en HDR, les pixels sont nées pour être maltraités.

Merci beaucoup pour cette interview.

Découvrez le site de Matmaxx, son Flickr, et suivez-le sur Twitter.

21 people appreciate this post.
Partager cet article
Vallée Duhamel – SODEC

23/07/2014  /  Vallée Duhamel – SODEC

The Kama Sutra Alphabet

22/07/2014  /  The Kama Sutra Alphabet